Cahier de presse

 

Retour à la page précédente


L'InformationMont-Joli, le 17 août 2003

Claude Roussel fait connaître l’art inuit

 Sonia Lévesque

Dans les parcs nationaux et dans certaines boutiques d’art, il est de plus en plus fréquent d’y trouver des inukshuks, ces sculptures de pierre appartenant à la culture des inuits, qui représentent un être humain.

 

Claude Roussel, un natif de Saint-Joseph-de-Lepage et Sherbrookois d’adoption, se passionne pour la culture inuit. Ouvert aux autres cultures, ce conseiller en relations industrielles s’est tourné vers l’art inuit, il y a quelques années, et depuis ne cesse de raffiner sa technique.

 

Il crée des inukshuks miniatures à partir de roches et de coquillages.

 

« Les inukshuks, souligne-t-il, représente aussi bien le Canada que la feuille d’érable comme symbole national. On peut en voir sur le drapeau du Nunavut et sur un timbre de Postes Canada. »

 

Ces sculptures de pierre, formées d’un amoncellement de roches disposées avec soin, servent souvent de point de repère et d’aide lors de la chasse aux caribous. Pour le peuple inuit, c’est aussi un signe d’amitié, d’entraide et de solidarité.

 

 

Signature

 

Claude Roussel personnalise ses créations en ajoutant comme signature une petite pierre au sommet de la sculpture. « C’est en quelque sorte une protection, un porte-bonheur » précise M. Roussel. En plus des roches qu’il ramasse au gré des randonnées, l’artiste a intégré les coquillages dans ses sculptures. Ses inukshuks prennent ainsi la forme de corbeaux blancs. Selon la légende inuit, la personne qui meurt revient sur le terre sous la forme d’un corbeau blanc, d’où l’utilisation de coquillages.

 

L’artistes compte quelques 400 pièces à son actif. Dans la région, on peut trouver quelques-unes de ces créations au Centre d’art Marcel Gagnon de Sainte-Flavie. En vacances, en juillet, dans La Mitis, il en a donné une à la paroisse de Saint-Joseph-de-Lepage. On peut la voir dans l’église.

 

L’artiste a également joint les rangs d’un réseau de distribution qui lui permet d’élargir sa visibilité. Enfin, M. Roussel participera au réputé Salon des métiers d’art de Montréal, l’automne prochain.